Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 janvier 2011 7 02 /01 /janvier /2011 16:34

La France découvre le mécanisme des primaires, importé des États-Unis et qui s'impose progressivement comme une évidence.

 

Cette innovation est à double tranchant.

 

Démocratisation : Pour les partis, les primaires sont l'occasion d'un élargissement de leur base militante quand ce sont des primaires ouvertes à tous les électeurs, ou à ceux qui acceptent de signer une charte de valeurs. C'est ce que le PS s'apprête à organiser. A l'heure d'internet, des blogues, forums et vidéos, les structures des partis pourraient sembler vite sclérosées et fermées si elles ne changeaient pas leurs méthodes. L'enjeu est ni plus ni moins de coller à la population qui s'exprime beaucoup plus largement et directement qu'à l'époque de la presse écrite. Les primaires permettent de faire participer la population à l'un des enjeux les plus importants : La désignation des candidats aux élections.

Le revers de la médaille, c'est la perte de pouvoir des partis. Les investitures sont une de leurs principales prérogatives. Si cette désignation leur échappe, comme pour le PS en 2006 avec Ségolène Royal, ils se retrouvent à devoir soutenir un candidat qui n'était pas leur préféré. Pour 2012, il semble que le PS ait décidé de contourner l'obstacle par un accord préalable entre les principaux candidats. Cet artifice permet de garder l'illusion de la désignation démocratique alors que la décision importante, le choix du "gros" candidat aux primaires, échappe aux électeurs.

 

Légitimité : Un objectif des primaires est de légitimer la désignation des candidats. La décision ne venant plus d'en haut, elle n'est plus contestable par la base.

Le problème, c'est si la campagne des primaires structure le parti en deux camps qui s'opposent à un tel point qu'ils ne  peuvent plus ensuite se rassembler derrière le vainqueur.

 

Personnalisation : La démocratisation semble être l'effet principal recherché par les partis de gauche. Mais les partis de droite y voient un autre avantage : la personnalisation. Un candidat désigné par un parti est le candidat d'un parti. Alors qu'un candidat désigné par primaire est plus indépendant de son parti. Sa légitimité ne vient pas des arcanes obscures des partis. Sa personnalité est plus importante que son étiquette.

Ce phénomène, en tous cas dans un premier temps, risque de favoriser la droite face à la gauche. Les hommes politiques de droite s'affichent clairement ambitieux, voulant surpasser leurs concurrents. Les politiques de gauche sont censés être plus collectifs. La gauche a moins la culture du chef, ce qui la handicape déjà régulièrement aux élections présidentielles depuis la Ve République. Les primaires risquent d'amplifier ce handicap de la gauche.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick Joly - dans Partis
commenter cet article

commentaires

Jean Laporte 27/04/2011 06:57



Vous avez raison! sauf qu'il faiut aller au bout de la logique. Qui est bien entendu la fin des partis politiques. Bien sôr, pas du jour au lendemain, comme le souligne la dame qui a posté la
réaction précédente, la duplication interne des personnels politiques fait que le phénomène se déroulera par vagues.


Car le pouvoir est addictif, plus on en possède, plus il nous en faut. En conséquence, l'oligarchie des politiques saura bien retarder le retour du pouvoir dans les mains du peuple !



ecole des candidats 03/01/2011 21:32




Edith 03/01/2011 16:59


Les militants ont le choix entre combien de candidats : s'ils ne sont que 2 ou 3 candidats par parti, ce n'est pas beaucoup, et il y a peu de chances pour qu'il émerge quelqu'un de nouveau. Ce sont
toujours les mêmes hommes et femmes politiques depuis 20 ans, une véritable chasse-gardée...


Présentation

  • : Le blog politique de Patrick Joly
  • Le blog politique de Patrick Joly
  • : Blog de réflexions sur la politique. Je cherche à éviter la politique politicienne et les petites polémiques.
  • Contact

Texte Libre

Voter !

Recherche