Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 novembre 2009 1 02 /11 /novembre /2009 23:21
Les écologistes de droite et ceux de gauche ne sont pas d'accord sur tout. La différence se fait peu sur le terrain idéologique (cf. ce que je pense des idéologies : Les idéologies, danger de la Démocratie ). Les Verts ne cherchent pas à mettre en avant la décroissance. La différence se fait sur des thèmes concrets comme le nucléaire. La droite écologiste est d'accord avec le PS et contre les Verts. Cette technologie est la seule qui permette de produire massivement de l'électricité sans émettre de CO2. Les énergies renouvelables sont à développer, bien sûr. Mais aucun pays au monde ne produit toute son électricité par ces énergies renouvelables. Les pays qui sont sortis du nucléaire l'ont remplacé par des centrales thermiques qui brûlent soit du gaz, soit du pétrole, soit carrément du charbon. Inutile de vous parler de l'impact écologique de telles usines.
L'éolien, tout d'abord, produit une électricité aléatoire dépendant des conditions climatiques, et tellement peu régulière qu'elle en est dangereuse pour le réseau électrique si elle représente une part importante de l'électricité. Les pannes électriques gigantesques de l'année dernière et qui venaient d'Europe du Nord étaient imputables à l'électricité d'origine élienne. Ainsi, même si on arrivait à la produire à bas coût, ce qui est loin d'être le cas, ça devrait rester une part marginale de la production d'électricité.
Le solaire est très prometteur. Il permet de produire un peu moins cher, et surtout pour un coût d'entretien très inférieur. Mais aujourd'hui, personne ne produirait d'électricité d'origine solaire sans les considérables aides d'Etat. Le solaire dépend aussi des conditions climatiques, et c'est au moment où il y a le plus besoin d'électricité, la nuit et l'hiver, qu'il y a le moins de soleil.
La géothermie est encore moins développée. Elle nécessite des investissements importants, pour l'instant peu rentables.
Les énergies renouvelables doivent être développées. A l'avenir elles prendront de plus en plus de place. Mais elles sont loin de pouvoir concurrencer le nucléaire. Espérons que d'ici là le nucléaire se sera encore améliorer pour produire encore moins de déchets, puis pour ne plus en produire du tout.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick Joly - dans Écologie
commenter cet article

commentaires

ferdinand 22/03/2011 19:09



C'est marrant, moi ce qui me semble extrême, c'est une civilisation qui nous conduit devant un gouffre écologique. Ce qui me semble extrême, c'est une civilisation qui préfère l'enrichessement
d'une poignée malgré les ravages que celà cause. Ce qui me semble extrême, c'est une civilisation qui produit des "fukushimas" tous les jours, mais qui persiste parce que changer signifierait la
fin de la croissance éternelle qui assure richesse et pouvoir à ses élites.


Oui ce modèle est extrème. Tellement extrème qu'il met la survie de beaucoup d'êtres humains en péril dans des proportions effrayantes.


Quant à penser que la technologie résoudra tout, on constate avec le nucleaire que ce n'est pas vrai et surtout que ça n'a aucun interets. La technologie, c'est bien quand ca sert à l'homme et
pas l'inverse!


Maintenant, je sais que le fantasme du "retour à la bougie" a la vie dure (il est bien aidé aussi...) mais ce n'est qu'un fantasme: il s'agit simplement de faire moins de technologie mais mieux
de technologie (comme pour le reste d'ailleurs...)


Donc il n'est pas question de s'opposer à la technologie, ca serait idiot mais de l'utiliser à meilleur escient et pas, comme c'est le cas aujourdhui, pour nous alièner à un modèle energivore et
productiviste.


Ferdinand


 



ferdinand 22/03/2011 17:58



Le fait que l'on puisse parler d'une écologie de droite ou de gauche est une aberration que les médias nous ont vendu doctement pour justifier le n'importe quoi écologique dont nous pouvons
aujourd'hui constater la gravité (et Fukushima est loin, très loin d'être ce qu'il y a de plus grave...)


On est obligé d'admettre qu'un système basé sur la production croissante de marchandises et de valeurs ne peut que se heurter aux réalités physiques de notre environnement. Technologies ou pas.


In extenso, le mode d'organisation socialiste (dans le sens de marx, pas dans le sens du patron du fmi...) et capitaliste ne peuvent pas ontologiquement être "écologiques".


A droite, il n'y a pas d'alternatives. A gauche, il y a de rares personnes qui se reclament du concept de "décroissance".


Donc en definitive, si l'écologie n'est pas toujours une valeur de "gauche", elle ne peut pas, jamais, être une valeur de droite.


Le grenelle de (contre) l'environnement en est une triste illustration.



Patrick Joly 22/03/2011 18:48



Effectivement, l'écologie n'est pas de gauche ou de droite. C'est parce que ça m'énerve de voir qu'en politique on assimile l'écologie à la gauche que je tiens à montrer qu'on peut être écolo et
de droite.


 


Maintenant, votre vision de l'écologie, basée sur la décroissance, est une vision extrémiste de l'écologie. Une vision qui peut aller jusqu'à condamner tout progrès technologique. Effectivement,
les sociétés les plus écolo sont les sociétés primitives. Mais est-ce bien là l'objectif ?



Présentation

  • : Le blog politique de Patrick Joly
  • Le blog politique de Patrick Joly
  • : Blog de réflexions sur la politique. Je cherche à éviter la politique politicienne et les petites polémiques.
  • Contact

Texte Libre

Voter !

Recherche